Fort Saint-Louis (Inez-Victoria), un effort perdu

Fort Saint-Louis (artiste Charles Shaw)

Robert Cavelier de La Salle fonda en février 1685 avec quelque 180 colons la première colonie française du Texas qui fut commémorée sous le nom de Fort Saint-Louis. Son rêve initial était de construire un poste commercial à l’embouchure du Mississippi.

Mais des erreurs de navigation ont fait en sorte qu’il aboutit plus à l’ouest dans la baie de Matagorda où il se réfugia avant de déménager vers un endroit plus favorable sur les berges de la Garcitas Creek. Son choix s’arrêta sur un escarpement près de l’actuelle communauté de Inez/Victoria.

Tous les bâtiments coloniaux ont été construits de poutres de bois enfoncées verticalement dans le sol. Les espaces entre les « poteaux en terre » étaient remplis d’un mélange d’argile, d’herbe et de roseaux. Des toits de chaume recouvraient chaque habitation. Aucune palissade n’a été érigée pour la protection des colons. La chapelle se trouvait au milieu de la colonie. Elle fut la première maison ecclésiastique chrétienne sur la côte du Golfe du Mexique et la première dans l’actuel État du Texas qui n’était pas située le long du Rio Grande. On dit que le premier mariage connu entre Blancs dans l’histoire du Texas aurait été célébré dans cette chapelle de fortune. En outre, le « bébé Barbier » aurait été le premier enfant blanc à naître au Texas dans des conditions de vie cruellement misérables. La colonie ne survint pas à ses malédictions. La Salle fut assassiné en mars 1687 à Navasota au nord de Houston. Vers 1690, les survivants ont été recueillis par la Première Nation des Caddos.

Le drapeau blanc fleurdelisé de la royauté de France a flotté sur le Texas de 1684 à 1690. Ce fait français est reflété fièrement sur le blason de l’actuel État du Texas par le fleurdelisé en haut à gauche du « Lone Star ». Saviez-vous que « Texas » vient du mot autochtone « tejas » qui signifie « amis » dans la langue des Caddos.

A bord de La Belle en 1684

La Belle est le principal des quatre navires de l’expédition de La Salle en 1684 dans le Golfe du Mexique. Ce grand voilier fit naufrage en 1686 dans la baie de Matagorda. Les artefacts récupérés de l’épave de La Belle fournissent une fenêtre sur la Grande Louisiane française – outils, effets personnels, vaisselle, armes et objets destinés au commerce avec les peuples autochtones. Plus d’un million d’objets de La Belle ont été conservés représentant un riche patrimoine culturel qui peut être vu au Bullock Museum à Austin, Texas. Voici quelques objets…

Deux canons français en bronze (photo Université du Texas à Austin)
Objets variés (photo Université du Texas à Austin)